Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Institut de la Sainte-famille - Page 3

  • Atelier sur la "Souveraineté Alimentaire"

    Nous avons dû élaborer un menu contenant des aliments mis à disposition. Nous devions également donner un nom à notre restaurant et donner l’envie aux autres de venir manger chez nous. Nous nous sommes rendu compte que, dans nos pays industrialisés, nous pouvions manger de tout, sans contrainte ni restriction.

    Cette ‘liberté’ de consommation a un prix. Nous avons visionné divers vidéos à ce sujet, notamment au sujet du circuit douteux des crevettes grises de la mer du nord et des conditions de la culture des tomates en Andalousie. Pour pouvoir manger de tout à n’importe quel moment de l’année, des compromis sur notre santé (sécurité alimentaire) sont faits et certains d’entre nous n’en sont pas conscients.

    Le risque de la souveraineté alimentaire dans le monde est que certaines techniques agricoles plus rentables sont privilégiées, notamment celles des gros groupes industriels, au détriment de plus petits exploitants. Cela permet aux multinationales de s’enrichir, mais les petits agriculteurs se retrouvent sans travail, sans toit, sans rien. Et même si les gros groupes s’installent au Brésil, par exemple, leur production n’ira pas aux populations (sous-alimentées) mais au bétail d’élevage, provoquant davantage de pauvreté et de dommages à l’environnement.

    Choisir ce qu’on mange devient alors un choix politique.

    Notre conseil : nous voulons encourager nos proches à consommer des produits locaux pour soutenir les petites entreprises, consommer bio pour réduire l’utilisation des pesticides et l’impact sur l’environnement ou la santé.

    Lyne et Diana

  • Atelier sur l’environnement

    A l’issue de cet atelier sur l’environnement, nous avons pu constater que les entreprises familiales produisent en suffisance pour nourrir leur réseau, mais ne peuvent pas satisfaire aux quantités demandées par les supermarchés. Les grands groupes, quant à eux, le peuvent. Les techniques utilisées par les grandes entreprises de l’industrie agro-alimentaire permettent de diminuer les prix et ces grands groupes sont très compétitifs. Du coup, on privilégie les grands groupes au détriment des petits exploitations, car les prix d’un même produit doivent s’aligner sur le moins cher. Les petits agriculteurs doivent parfois vendre à perte, car ils ne font plus aucun bénéfice sur le produit vendu, par rapport à leurs investissements. Certains sont même contraints de quitter leur travail pour rejoindre des bidons-villes. On les appelle ‘les paysans sans terre’.

    Ce phénomène s’est accentué depuis l’obligation d’alignement du prix des produits dans le cadre du libre-échange. On a privilégié la rentabilité à la qualité du produit sans tenir compte des vies humaines.

    Et pourtant, ce sont les petites entreprises familiales qui travaillent avec des techniques soucieuses de l’environnement et moins nocives pour notre santé.

    Notre conseil : nous devons privilégier les entreprises locales, en consommant du bio et du local.

    Jaciane et Imane

  • Des ateliers d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire

    Le week-end du 11 et 12 novembre a été pour nous une expérience formidable. Nous sommes partis à la rencontre d’autres élèves participant au projet Move with Africa. Qu’avons-nous retenu de notre second week-end de formation ? Et surtout, qu’avons-nous envie de vous partager ?

    Un Week-end Move with Africa, c’est quoi?

    C’est le rassemblement de toutes les écoles, les professeurs et les ONGs participant au projet Move. 150 étudiants, des dizaines de profs et des encadrants ONGs se rencontrent dans la convivialité pour partager leurs idées, leurs ressentis, leurs expériences sur le terrain. On y vit la rencontre, l’échange, la solidarité, le vivre ensemble, le partage de valeurs communes. Nous avons campé le temps d’un week-end dans une école à Jambes. Quelle aventure fun et enrichissante !

    20171112_134215.jpg

    Les ateliers ?

    Divers ateliers animés par les collaborateurs ONGs, ont accueilli nos jeunes répartis aléatoirement en groupes afin de favoriser la rencontre et afin d’aborder des thématiques essentielles à la construction d’un monde plus équitable et solidaire.

    Ces ateliers visent notamment à davantage d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire (ECMS). Nous avons pu aborder les questions de l’environnement, de la migration, de la coopération, de la fiabilité des médias, de l’égalité homme-femme ou encore de la souveraineté alimentaire.

    Dans les jours qui suivent, nous publierons les articles écrits par les élèves sur chacun de ces sujets.

    DSC_1117.JPG

     

    Éducation aux médias

    Lors de cet atelier, nous avons pu donner notre opinion sur les médias et répondre à des questions du type : Les médias, sont-ils toujours fiables ou pas? Pourquoi  pouvons-nous parfois remettre en question cette fiabilité ?

    La deuxième étape de cet atelier a consisté à rassembler 5 jeunes de différentes écoles pour qu’ils puissent en un temps limité de 20 minutes créer leur propre journal, sans perdre de vue la rentabilité et l’aspect marketing, en trouvant un visuel attirant, un titre accrocheur, une Une tape-à-l’œil, cinq articles et de la publicité. Une fois le temps écoulé, chaque groupe a présenté fièrement son magazine.

    Un débat a eu lieu et une vidéo sur les différents types de média a été projetée.

    Nous avons conclu que certains médias n’étaient pas fiables et que nous devions garder un esprit critique face à certaines sources. Certains médias véhiculent des informations teintées de préjugés et de stéréotypes.

    5 média.jpg

    Notre conseil : nous, les jeunes, on se méfie des médias. D’un côté, c’est bien car cela développe notre esprit critique. D’un autre côté, il faut apprendre à faire confiance. Comment ? Chercher la vérité soit via des sources reconnues fiables, soit par soi-même, comme nous allons le faire, sur le terrain, en partant en Afrique.

    Sarah et Nazif